Le collectif… ou rien

Pour comprendre pourquoi, prenons l’inverse : en quoi consistent les solutions individuelles ?

  • Faire un jardin en totale autonomie : en plus de la très grande difficulté technique, (seulement 1 sur 1000 peut y arriver, selon Arthur Keller), c’est une voie sans issue – les autres viendront se servir chez vous en cas de problème. Et ça ne va pas empêcher le monde extérieur de s’effondrer.
  • Avoir un comportement dit “survivaliste” : faire un bunker sous son jardin avec assez de conserves pour vivre enterré quelques mois. Apparemment en cas de guerre ce sont les premières personnes à être délogées (Vincent Mignerot). Quand bien même, vivre (et mourir ?) dans un bunker sans soleil pendant une longue période… Cela garanti juste une fin encore plus apocalyptique que prévue initialement.
  • Orienter sa carrière (ou son temps libre) vers le “développement personnel“. Comme dirait mon prof de permaculture “c’est très bien de faire du yoga et d’arrêter de fumer, mais si le monde s’effondre autour ça ne mène pas très loin”.
  • Les petits gestes écolos du quotidien sont totalement inefficaces. L’exemple le plus parlant est celui de l’eau : les ménages ne consomment que 9% de l’eau (chiffre cité par Cyril Dion dans une émission télé).

Bref, tout seul : ça ne sert à rien. Ca aggrave même la situation : “les autres peuvent bien faire n’importe quoi car moi au moins j’agis en responsable”.

C’est probablement le pire constat qui soit une fois que vous avez pris conscience de la situation. Car ça requiert de mobiliser tout un tas de gens qui n’en n’ont pas envie. Ce côté prosélytisme est particulièrement désagréable. Il faut constamment faire appel au côté adulte et responsable des autres. Dur, dur.

Il faut donc 1) montrer l’exemple et 2) demander et implorer aux autres de s’y mettre également. Jusqu’à ce que un jour (peut-être) la puissance publique prenne le relai.

Comme dirait Mona Chollet, il est épuisant de ramer constamment à contre-courant.

Mais avons-nous le choix désormais ?

Crédits :

Mona Chollet, une odysée de l’espace domestique

Vincent Mignerot et Arthur Keller, dans une conférence organisée par Permaculture44 disponible ici.

Laisser un commentaire