J’suis vert

Brune Poirson a affirmé que LREM était un parti “profondément écologiste”. Europa City a déclaré prendre des “mesures écologiques” – avant son abandon. Votre collègue “écologiste convaincu” va passer des vacances en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

J’ai noté cette tendance bizarre, celle qu’a toute entité un tant soit peu intéressée par l’écologie à se considérer soi-même comme exempt de tout reproche.

Besoin de se rassurer ? Biais cognitif ? Auto-persuasion ? Je laisse le sujet aux neuro/psycho/socio/logues, mais les exemples sont légions.

Réussir la transition écologique signifie en pratique une division de la consommation énergétique par 5 en 30 ans – le fameux “facteur 4” étant déjà dépassé – pour rester sous les 1,5 degrés.

Et manque de chance, il n’y a pas de différence entre les revenus et la consommation énergétique. Bien que souhaité par de nombreux journalistes économiques (un exemple ici), la décorrélation absolue des 2 est physiquement impossible.

Conséquence : il faudrait une baisse du PIB de -5% par an. Moins cinq pour cent ? Dans l’histoire récente, ça n’a été atteint qu’au plus fort de la crise financière de 1929, et en 1945 – effondrement industriel du Japon et de l’Allemagne.

Ce n’est donc pas l’abandon des sacs plastiques dans des centres commerciaux géants qui va éviter l’effondrement généralisé.

Être écologique signifie planifier une récession massive.

Cette réalité est extrêmement pénible à regarder en face. Il est tout à fait remarquable qu’un journaliste grand public ose enfin l’affirmer publiquement, et tout à fait dommageable que d’autres ne lui emboîtent pas le pas.

Merci M. Apathie ! https://positivr.fr/jean-michel-aphatie-decroissance-europe-1/

2 réflexions au sujet de “J’suis vert”

Laisser un commentaire