Consensus scientifique vs consensus journalistique

Comment est-il possible que ce qui fasse consensus dans le monde scientifique, ne le fasse pas également dans le monde journalistique ?

Prenons exemples et contre-exemples :

  • Il n’y a pas de débat dans les journaux pour savoir si la terre est plate ou ronde.
  • Il n’y a pas de débat dans les journaux pour connaître le nombre de jour de la semaine.
  • Il y a eu divergence au cours de la décennie 2000-2010 sur le réchauffement climatique : scientifiques de haut vol et climato-sceptiques étaient allégrements (tilt, tilt) invités sur un même plateau pour débattre.
  • Il y a eu convergence lors de la décennie suivante : on ne voit plus sur les plateaux télés “grand public” d’émission pour savoir si oui ou non la terre est entrain de se réchauffer à cause des activités humaines. C’est largement tranché en faveur du oui, bien heureusement !

Je crois qu’il y a un nouveau combat pour cette décennie. Celle de l’économie pilotée par la croissance de la production industrielle.

  • Démonstration est déjà faite qu’il est impossible de réconcilier croissance économique et baisse de la consommation d’énergie fossile.
  • Il y a consensus scientifique pour affirmer qu’il faut réduire de 5% par an la consommation d’énergie fossile pour éviter la catastrophe.
  • En revanche il n’y a pas de consensus dans les médias. On croise à longueur de tweets, articles et émissions la fameuse “croissance verte” qui permet d’augmenter revenus et pouvoir d’achat tout en diminuant la pression sur les écosystèmes. Mille fois hélas, ça n’a jamais existé. En quel honneur, sur quelle base scientifique une telle décorrélation ferait subitement son apparition enchantée ?

Il est temps de sortir des envies, des projections, des fantasmes. Il est temps d’écouter les mauvaises nouvelles. Nous avons trop tardé à nous confiner face au Covid19 précisément car nous n’avions pas envie d’écouter les solutions, trop désagréables à entendre.

Avec pour conséquence un drame sanitaire sans précédent.

Pour le réchauffement c’est pareil : face aux mauvaises nouvelles, la bonne solution est de regarder la dure vérité en face.

Il faut (malheureusement) stopper la machine économique. Tout le monde sera perdant : je, vous, nous. A l’État de retrouver son rôle de stratège pour limiter la casse.

Je crois que le combat de la décennie sera bel et bien de faire accepter comme consensus journalistique (et donc, à toute la population) que la croissance matérielle est terminée – elle l’est déjà dans les chiffres depuis 2007, à peine masquée à grand renfort de dette.

S’entêter ne fera qu’aggraver le problème.

Avec des conséquences encore plus dramatiques que celles du Covid19.

Il faut réveiller les journalistes.

Maintenant.

Laisser un commentaire